En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Fil de navigation

 

RusskoffsRésumé :

Le petit Rital de la rue Sainte-Anne a grandi. Septembre 1939 : il vient d'avoir seize ans. Une année mémorable. Les six qui suivent sont pas mal non plus. Pour lui et pour beaucoup d'autres. Cette fois encore, c'est le jeune gars de ce temps-là qui parle, avec ses exacts sentiments de ce temps-là, ses exacts sentiments tels que sa mémoire les lui fait revivre. Il n'est pas forcément triste là où il devrait l'être, ni joyeux là où d'autres le seraient. La guerre, ça n'a pas le même goût pour tout le monde. Ce livre est dédié à tous les pauvres cons qui ne furent ni des héros, ni des traîtres, ni des martyrs, ni des bourreaux, mais simplement, comme moi-même, des pauvres cons. Cavanna.

Une magnifique déclaration d'amour à la Russie, aux russes et à la langue russe !
powered by social2s

Amours sur le DonRésumé :

« La Russie est d'une beauté terrible », écrivait en 1942 le lieutenant Holger Bodmar, mort à Stalingrad dans des conditions affreuses. « Ici, ici seulement, on peut imaginer Ivan le Terrible, la Grande Catherine, Raspoutine, 1917. Perdu dans ces immensités, l'homme ne compte pas plus qu'un grain de poussière. » Sur ces lettres jaunies, cent fois relues, Eberhard, son fils, a bâti un rêve : il veut aller en Russie, sur les lieux qui ont englouti, après les armées de Napoléon, celles de Hitler. II devient journaliste, obtient son visa.., et dès son arrivée à Moscou est pris en charge par la belle Helena, agent à la fois de l'Intourist et du K.G.B. II s'éprend d'elle, elle le lui rend bien.
Jusqu'au jour où, dans la steppe, au bord du Don, il rencontre Nioucha, la fille cosaque, haute et superbe comme un épi de blé. Une autre Russie, un autre amour. Comment cet Allemand intellectuel, nostalgique et rêveur va-t-il concilier sa piété filiale et ces deux femmes passionnément opposées ?

powered by social2s

minuit dans siecleRésumé :

Avant Koestler et Soljenitsyne, Victor Serge (Viktor Lvovitch Kibaltchitch) décrit, avec S'il est minuit dans le siècle, la Russie de Staline comme une machine à broyer les hommes, corps et âme. Les opposants au régime meurent dans l'anonymat. Serge, qui fut l'un d'eux, leur a redonné un visage et un nom. Son livre, dès 1940, était un avertissement.

powered by social2s

avenement de la Russie"Beau livre" édité par TIME-LIFE, 1968

Livre sans prétention intellectuelle mais très richement illustré de nombreuses photographies.
Le texte retrace l'histoire de la création de l'Etat Russe.

Citations :

La tendance à la mélancolie et au scepticisme est plus typiquement russe et d'une signification culturelle plus élevée que le penchant à la boisson. On attribue souvent la mélancolie à l'environnement climatique et au paysage : les interminables hivers gris et la solitude d'une plaine immense. Le scepticisme semble constituer une réaction logique à l'histoire russe elle-même. Les invasions, les guerres intestines, le gouvernement despotique, les famines et les épidémies ne s'oublient pas facilement.

powered by social2s

Triste polarQuatrième de couverture :

Le héros de Triste polar est un policier et un écrivain débutant. Mis à la retraite à l'âge de quarante ans pour blessures en service commandé, il dresse le bilan de sa vie, et dans cette vie il ne voit qu'un monde d'une cruauté aveugle où perce parfois la compassion propre au peuple russe, la fameuse pitié qui caractérise l'a âme slave n. Étonnant paradoxe de la réalité soviétique: pour les soixante-dix ans de la révolution d'Octobre, Victor Astafiev a brossé un tableau de la dégradation du peuple - ivrognerie, meurtres, mensonges, destruction des valeurs morales et chrétiennes - et le roman, Triste polar, a été publié à Moscou!

powered by social2s