En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Lhistoire occultéeL'histoire occultée : les origines secrètes de la première guerre mondiale - Éditions Nouvelle Terre

Quatrième de couverture :

En partie inspirée des travaux du professeur Carroll Quigley, un historien mondialement reconnu, L'Histoire occultée est une dénonciation sans pareille des vrais responsables de la Première Guerre mondiale. Il est révélé ici comment le matériel concernant les origines de la guerre a délibérément été falsifié afin d'évacuer la culpabilité d'une certaine cabale secrète. Celle-ci, basée à Londres et composée d'impérialistes britanniques éminemment riches et puissants se trouve être à l'origine d'un des crimes les plus odieux qui aient été perpétrés contre l'humanité. Ces hommes ont pendant une décennie comploté la destruction de l'Allemagne, première phase d'un projet de domination anglo-saxonne sur le monde.

L'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche ne relève pas d'une fatalité aveugle. Il a mis le feu à une traînée de poudre soigneusement répandue selon les ordres d'une chaîne de commandement qui courait de Londres à Sarajevo via Belgrade, Saint-Pétersbourg et Paris. Notre compréhension de ces événements a succombé au piège d'une toile mensongère soigneusement tissée par les vainqueurs en 1919 à Versailles, et entretenue depuis par de dociles historiens. La version officielle de la Première Guerre mondiale est ainsi sérieusement à remettre en question eu égard à la quantité de documents qui ont été délibérément détruits ou soustraits à nos regards.

L'Histoire occultée constitue un redoutable défi : si l'on en croit ses auteurs, il ne tient qu'à nous d'examiner scrupuleusement - et en conscience - les preuves qu'ils ont entrepris de nous présenter ici à la suite de quatre pleines années de recherche.


La critique de Janus :

L’Histoire est écrite par les vainqueurs et les puissants ; ce fait s’est vérifié maintes fois depuis l’Antiquité.

Le grand Ramsès avait gravé dans la pierre l’histoire de sa victoire à Kadesh contre les Hittites ; d’autres preuves ont permis aux historiens de déclarer que la victoire n’en était pas une et que chaque partie avait pu se retirer satisfaite de ne pas avoir été vaincue !
Aucun des grands évènements relatés dans l’Ancien Testament n’ont été véritablement confirmés par des preuves archéologiques ou écrites, de même les prédications, miracles, et mort de Jésus n’ont fait l’objet d’aucun commentaire de la part des auteurs latins de l’époque, ni aucune archive romaine n’en fait mention.
L’absence de preuves historiques n’en a pas moins empêché les hébreux de considérer la Bible comme véridique ni les chrétiens de renoncer à leur foi.
Notre roman national a intégré nos ancêtres les gaulois et le vase de Soissons sans aucune preuve particulière autre que l’affirmation.

Quel rapport avec l’ouvrage dont je vais vous parler ?

Le simple lecteur que je suis et que vous êtes peut être est frappé de stupeur en découvrant le contenu de ce livre ; est-ce une provocation ? une désinformation ?
L’inquiétude est encore plus grande en découvrant que les 2 auteurs ne sont pas historiens de métier.
La Grande Bretagne, si policée, si bien éduquée, si propre sur elle ne serait-elle qu’une Nation sanguinaire à l’origine des pires crimes contre l’humanité ?
Et qu’en est-il des autres pays qui donnent des leçons au reste du Monde depuis des décennies, France, Etats-Unis, Russie, etc… ?

Il est acquis par tous que l’Allemagne a déclaré la 1ère guerre mondiale et a été à l’origine du plus grand carnage de l’Histoire ; ce fait est gravé dans la pierre depuis un siècle. La preuve ? Tous les dirigeants (ceux qui ont gagné) l’ont affirmé.
Les preuves sont inutiles puisque tout le monde est d’accord, d’ailleurs des preuves il n’y en a pas !

Voilà un fait intéressant qui a attiré l’attention de nos auteurs. Avant eux quelque historiens spécialistes avaient bien écrit sur ce sujet, mais vite relégués aux oubliettes ; comment peut-on contester l’histoire acceptée par tous !
Nos 2 auteurs enquêtent à la manière de S. Holmes en examinant chaque fait, en citant chaque personnage avec son parcours, ses affinités ses relations…

Pourquoi un pays (les USA) qui n’était pas partie prenante dans ce conflit européen, ou si peu, et seulement à la fin du conflit, a-t-il soustrait et emporté toutes les archives de France, d’Allemagne, de Russie etc… pour les stocker sur son territoire et en interdire l’accès même aujourd’hui ? Pourquoi si ce n’est pour les soustraire à la connaissance.

Si la culpabilité de l’Allemagne était si évidente pourquoi ne pas la prouver par l'accès à toutes les archives d’Etat ? Pourquoi la Grande Bretagne a-t-elle détruit ses archives ?

Sur cette question les auteurs donnent une longue explication précise sur les événements.
Il s’agit d’une démonstration à charge contre la GB et son élite dirigeante d’alors ; mais plus encore contre l’élite secrète qui aurait menti délibérément au Parlement et au Peuple, qui aurait manipulé, provoqué, soudoyé dans son propre pays mais aussi à l’étranger, mais pourquoi ?
Pour maintenir et augmenter plus encore son hégémonie sur le monde il fallait stopper l’Allemagne qui devenait la puissance montante et concurrente ; pour ce faire il fallait pousser l’Allemagne à la faute, à lui faire commettre un acte qui soit considéré comme une agression afin de lui faire la guerre.

Dans ce but il était nécessaire d’obtenir le concours de la France revancharde qui voulait récupérer l’Alsace et la Lorraine de même que de la Russie dont le but permanent était Constantinople, les détroits et l’accès aux mers chaudes. Poincaré et Delcassé en France et Isvolsky en Russie étaient les parfaits représentants et agents de cette élite secrète.
La GB avait déjà placé ses pions en Asie au 19ème siècle en finançant la flotte japonaise (avec des navires construits en GB !) qui devait détruire la flotte russe à Tsushima en 1905.

A la suite de quoi, dans une politique perfide, la GB s’est employée à courtiser la Russie avec des promesses qu’elle n’avait pas l’intention de tenir et à financer l’armée tsariste pour faire pression sur les frontières allemandes.
De l’autre côté le militarisme français colonial était encouragé ; il fallait trouver une excuse à la guerre : le prétexte serait l’affaire du Maroc, occupé par les français, pays dans lequel les allemands possédaient des intérêts en espérant qu’ils réagiraient militairement ; las, les allemands et les français ont passé des accords.

Le casus belli qui fut monté de toutes pièces avec le concours de la Russie et de la Serbie, ce fut l’assassinat à Sarajevo du prince héritier ; la manipulation anglaise a fonctionné.
Du début à la fin la finance internationale était omniprésente pour assurer les investissements et la corruption généralisée ; corruption des hommes politiques, des fonctionnaires, de la presse.
Les banques anglaises et au premier plan le clan Rothschild assuraient les relais.
Le but de l’élite secrète anglaise était d’encercler l’Allemagne (France, Russie, Serbie) de limiter son expansion en Orient et en Asie (Japon) et de contrôler ses approvisionnements, enfin de créer le prétexte à la guerre.

Il ne fait aucun doute que la démonstration est orientée mais après un siècle d’histoire "officielle", il est naturel de laisser la contestation suivre son cours.

Cet ouvrage revêt une importance considérable moins par son récit historique que par les enseignements que nous pouvons en tirer sur la situation géopolitique actuelle ; je recommande au lecteur de remplacer le nom Allemagne par Russie, celui de Maroc par Syrie, celui de Japon par Corée, celui de Ferdinand à Sarayevo par Skripal et ainsi de suite ; le lecteur aura une vision instantanée et claire de ce qui se trame aujourd’hui : manipulation des opinions publiques par la presse aux ordres, provocations en tous genres, affirmations infondées, mensonges d’état, interventions guerrières…

Les élites politiques devraient méditer les leçons de l’Histoire, l’Empire britannique à son apogée fin 19ème début 20ème a voulu une hégémonie mondiale totale : un siècle plus tard l’Empire est réduit à un confetti géographique que 3 ou 4 bombes nucléaires puissantes pourraient ramener à l’époque préhistorique !

L’Empire a disparu, la finance est toujours présente de même que le clan Rothschild.

Quant à cette élite secrète décrite dans l’ouvrage d’aucuns invoqueront la Théorie du Complot ! mais la théorie n’en est pas une, c‘est une réalité ; pour ce qui est du "complot" il n’y en a pas au sens caché puisque désormais l’élite, avec son arrogance, ne se cache plus !
Il suffit de voir les G+++, Davos et autres Bilderberg, Young Leaders etc. et la multitude de groupes de réflexion (think-tank) dont l’objet n’est pas de réfléchir mais d’indiquer aux participants ce qu’ils doivent penser, dire et faire en contrepartie d’avantages, de carrières, et d’honneurs.

A lire impérativement pour savoir ce qui nous attend.

powered by social2s