En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Fil de navigation

 

Amours sur le DonRésumé :

« La Russie est d'une beauté terrible », écrivait en 1942 le lieutenant Holger Bodmar, mort à Stalingrad dans des conditions affreuses. « Ici, ici seulement, on peut imaginer Ivan le Terrible, la Grande Catherine, Raspoutine, 1917. Perdu dans ces immensités, l'homme ne compte pas plus qu'un grain de poussière. » Sur ces lettres jaunies, cent fois relues, Eberhard, son fils, a bâti un rêve : il veut aller en Russie, sur les lieux qui ont englouti, après les armées de Napoléon, celles de Hitler. II devient journaliste, obtient son visa.., et dès son arrivée à Moscou est pris en charge par la belle Helena, agent à la fois de l'Intourist et du K.G.B. II s'éprend d'elle, elle le lui rend bien.
Jusqu'au jour où, dans la steppe, au bord du Don, il rencontre Nioucha, la fille cosaque, haute et superbe comme un épi de blé. Une autre Russie, un autre amour. Comment cet Allemand intellectuel, nostalgique et rêveur va-t-il concilier sa piété filiale et ces deux femmes passionnément opposées ?

Citations :

Éprouver... cela entrave l'objectivité. Mais, à présent, sur la terre russe, il comprenait qu'il était vain de négliger les sentiments et de battre en retraite devant les impressions. Ce pays, ses habitants, ce ciel sous lequel tant de destins s'étaient accomplis, on ne pouvait les découvrir que si le cœur se mettait de la partie. Comprendre la Russie à l'aide de la raison est une utopie. Celui qui muselle son âme demeurera un étranger en Russie. (page 21)

Savoir attendre est, en Russie, une vertu. Jamais le le temps n'y joue un rôle prépondérant. L'immensité du pays abolit la signification de l'heure. On y considère les choses du point de vue des générations. (page 29)

Moscou la blanche. Huit siècles l'édifièrent. Éponge colossale aspirant les peuples dans son sein. Métropole d'un pays couvrant un sixième de la terre. De la mer de Sibérie pavée de glaces éternelles aux steppes de Mongolie, des terres noires d'Ukraine aux mines de charbon de Khabarovsk. Des tours d'extraction des champs pétrolifères de Bakou aux forêts infinies de la taïga chantant au soleil d'été ou crépitantes du gel où sur des mètres d'épaisseur de neige accumulée glissent les traîneaux tirés par des chiens, tandis que le vent glacial apporte le hurlement des loups. (page 30)

powered by social2s