En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Fil de navigation

 

banya 001Un peu d’histoire

Les écrits les plus anciens relatant la spécificité des bains utilisés par les peuples finno-ougriens et slaves, datent du XIème siècle. Ils ressemblent beaucoup à ce qu’on connait des bains utilisés par les tribus scythes, à part le fait que ceux-ci étaient mobiles.
D’après les historiens, les bains de vapeur existaient déjà au 5ème siècle dans l’ancienne Russie, le folklore fait état du bain russe dès l’installation des Slaves qui lui accordait une importance cruciale et rituelle du fait de leur paganisme et donc de leur proximité avec la nature.

En dehors des bienfaits pour la santé, les russes ont toujours mis en avant les vertus curatives et purificatrices des bains, bien au-delà de la simple propreté.
Ils étaient d’ailleurs parfois liés à des pratiques chamaniques.
Les tribus slaves, finno-ougriennes, et bien des peuplades de Sibérie, de l’Oural ou de la Volga, semblent avoir développé parallèlement (et simultanément ?) ces bains de vapeurs. Il paraît probable d’ailleurs que ce sont les tribus finnoises qui ont exporté cette pratique en Scandinavie et en Europe, et des peuplades sibériennes qui sont à l’origine des temazcals, les fameuses huttes de sudation des peuples autochtones d’Amérique du Nord.

Les bains russes, au fil du temps, ont acquis une fonction sociale supplémentaire et leur importance était telle, qu’ils figurent comme un des droits accordés aux ambassadeurs russes dans le traité de Byzance (907).
À une certaine époque, récente, on se rendait aux bains pour parler affaires ou sceller un accord commercial.
Et, aujourd’hui il fait encore partie des rituels d’hospitalité des familles russes.

Pour de plus amples informations sur les impressions, parfois horrifiantes, que les bains russes occasionnaient aux voyageurs occidentaux, il y a parfois pas si longtemps, on se reportera à :
Les voyageurs aux bains russes article de Galina Kabakova et Alexandre Stroev dans la Revue des études slaves - Année 1997, numéro 4.

Il y a aussi, paraît-il, une excellente et savoureuse description des bains russes dans le livre de Hedrick Smith, “Les russes : la vie de tous les jours en Union Soviétique” (1976)

Fonctionnement

Bien entendu, désormais, dans les immeubles ou les maisons modernes, les appartements sont dotés de salles de bains, tout ce qu’il y a de plus conventionnelles. Cependant les russes sont toujours très attachés à leur banya (баня) et chaque datcha (maison de campagne) ou presque, a les siens, ainsi que de nombreuses maisons particulières qui disposent d’un bout de terrain. Et la plupart des villes, quelques soient leurs tailles, disposent de bains publics.

Les bains (бани) familiaux ou public sont généralement agencés en trois salles : le predbannik (предбанник - antichambre de repos et de relaxation avec une partie vestiaire et parfois - selon la taille - table, samovar, etc.), la moechnaya (моечная - l’endroit où l’on se lave, douches, parfois bassin ou cuve d’eau froide et tables de massages - dans les bains publics importants) et la parilka (парилка), l’étuve de vapeur où se trouve la pietchka kamienka (петчка каменка - le poêle à inertie de masse qui produit une vapeur légère, humide et parfumée) et des bancs à différentes hauteurs pour s’asseoir ou s’allonger. 

Banya Simanovo 1 Banya Simanovo 2 Banya Simanovo 3

Si les bains public sont quasiment tous construits en briques, les banyas des particuliers sont souvent encore en bois d’épicéa. La pietchka kamienka contient des pierres sur lesquelles on verse de l’eau (parfois de la bière), ce qui provoque les nuages de vapeur. Évidemment il fait de plus en plus chaud au fur et à mesure qu’on s’installe sur les banquettes les plus hautes.
La température de la vapeur peut atteindre 800° en sortant des pierres (environ 250° dans un sauna) et la chaleur dans la parilka sera comprise entre 70 et 120°.

Banya Simanovo 4 Banya Simanovo 5 Banya Simanovo 6

Les seules pièces de “vêtement” que l’on portera seront des sandales (тапочки - tapotchki - pour protéger la plante des pieds de la chaleur) et un bonnet en feutre (pour protéger la tête). Une serviette est également nécessaire pour s’asseoir ou s’allonger sur les bancs.
On n’oubliera pas de se munir d’un vienik (веник), le fameux balai de feuillages qui effrayait tant les premiers voyageurs occidentaux, qui y voyaient un instrument de torture. Ces balais sont composés de diverses essences (bouleau, eucalyptus, chêne, tilleul, herbes aromatiques…) cueillies en début d’été puis séchées.
On alterne les cycles étuve - douche froide - éventuellement salle de repos, en allongeant petit à petit le temps dans l’étuve au fur et à mesure que le corps s’habitue à la chaleur. On s’allonge alors sur une banquette en hauteur, là où il fait le plus chaud, et l’on se fait “balayer”, “frotter”, “fouetter” (d’abord très légèrement puis plus vigoureusement) avec le vienik (qu’on avait laissé tremper dans l’eau froide pendant les premiers cycles), pour nettoyer et assouplir la peau, pour activer la sudation et la circulation du sang et enfin pour profiter des bienfaits des essences utilisées.
Pour la première fois, inutile d’en faire trop : 2 à 3 cycles courts suffisent.

Banya village pecheur 1 Banya village pecheur 2 Banya village pecheur 3 Banya village pecheur 4 Banya village pecheur 5

Les russes vont aux bains essentiellement l’hiver pour renforcer leur système immunitaire, se redonner de l’énergie, favoriser la circulation sanguine, combattre le stress et la dépression et rendre la peau ferme et douce.
Ils y vont aussi pour des bons moments de convivialité entre amis, où, entre deux cycles d’étuve, on boit des jus de fruits, de la bière ou de la vodka ; on mange des zakouskis (закуски) ; on s’emballe dans des discussions sur la politique, l’amour, l’actualité ; on plaisante et on porte des toasts.

Les bains publics en Russie ne sont pas mixtes. De passage à Moscou, il est vivement conseillé d’aller passer quelques heures aux mythiques bains Sadouny (Сандуновские бани). Les décorations de ce prestigieux bâtiment de 1808, son ambiance, la qualité du service, son restaurant, en font un des lieux incontournables de Moscou.

С лёгким паром! (Que la vapeur soit légère!)

 

Photos prises par notre ami Sergey GLUKHIKH au moment de la fermeture, en fin de journée, des bains publics à Ishim en Sibérie Occidentale (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

Banya public Ishim 01 Banya public Ishim 02 Banya public Ishim 03 Banya public Ishim 04 Banya public Ishim 05

Banya public Ishim 06 Banya public Ishim 07 Banya public Ishim 08 Banya public Ishim 10 Banya public Ishim 11

Banya public Ishim 12 Banya public Ishim 13 Banya public Ishim 14 Banya public Ishim 15 Banya public Ishim 16

Banya public Ishim 17 Banya public Ishim 18 Banya public Ishim 19

Photo d'un banya de particulier dans la commune de Strekhnino en Sibérie Occidentale (Photo Dima SHTRIKKER) :

Banya Shtrikker Strekhnino

 

Vous voulez construire votre banya dans votre bout de jardin, voilà une vidéo explicite (avec un bémol, la construction est en moëllons) :

powered by social2s