En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Fil de navigation

 

Documentaire diffusé le 1er février 2016 dans l’émission “Spécial Investigation” (Canal +).

Paul Moreira, dans le documentaire d’investigation, est une référence. Son enquête, ne fait pas exception. Le journaliste, cofondateur de l’agence Premières Lignes, s’est penché sur l’après-révolution ukrainienne. En trois parties, il déconstruit l’image bien trop lisse d’un mouvement qui a enjoué l’Europe de l’Ouest, alors que trois mouvances néonazies présentes aux côtés de la population pro-ukrainienne ont infiltré le pouvoir, avant de devenir petit à petit des forces militaires. Images et témoignages à l’appui, cette enquête dénonce ce crime impuni de 45 pro-Russes brûlés vifs à Odessa, en mai 2014, mais aussi la complicité intéressée des États-Unis.

Avant même sa diffusion, ce documentaire a été très critiqué, tant par des militants pro-maïdan que par des journalistes, parce qu'il révélait, notamment, l'idéologie sous-jacente des acteurs principaux du coup d'état de 2014. La narrative en vigueur au moment de la diffusion du documentaire de Moreira, ne pouvait admettre ces "révélations". Et les rares contradicteurs qui voulaient bien admettre que certains acteurs du maïdan étaient "proche de l'idéologie nationale-socialiste", affirmait immédiatement qu'ils étaient peu nombreux et n'avaient pas la moindre chance d'interférer dans les affaires officielles.

Paul Moreira

Pour défendre son documentaire, avant même sa diffusion, Paul Moreira se fendait d'une réponse dans son blog Médiapart, à lire ici.

Cette évidence est désormais difficilement contestable, notamment depuis que le Président de la Rada (Parlement Ukrainien), Andrey Parouby, début septembre 2018 déclarait en direct sur une chaine de télévision ukrainienne, qu'Hitler était un grand démocrate et qu'il ne falait "pas oublier la contribution du Führer dans le développement de la démocratie". (vidéo ci-dessous en VO)

À visionner également (ci-dessous) les deux vidéos du journaliste "vloggueur" ukrainien (réfugié en Europe), Anatoli Sharrii. Il a enquêté sur un diplomate ukrainien ouvertement néo-nazi. Les informations divulguées sur son vlog ont contraint le gouvernement ukrainien à limoger l'individu en question (sans trop de gêne puisqu'il avait atteint l'âge de la retraite).

D'ailleurs l'homme en question, Vassil Marouchtshchinets, envisage de se présenter aux prochaines présidentielles.

La nouvelle Ukraine n'a pas fini de nous étonner.

Ne pas oublier d'activer les sous-titres en français.

powered by social2s